Alexandra Verguet

Alexandra Verguet, coordinatrice du collectif FORTES

Coordinatrice du collectif FORTES


D’où je viens ?

J’arrive au Campus après un parcours relativement classique (prépa, école de commerce). Mes expériences (professionnelles, associatives ou encore en wwoofing) et mon cheminement personnel m’ont conduite à vouloir prendre du temps et du recul pour réfléchir à ma contribution à la société en tant que citoyenne et jeune diplômée : ne pas foncer tête baissée dans le chemin tout tracé, pas forcément épanouissant ni porteur de sens, qu’il est souvent tentant d’emprunter. C’est grâce à mon école, l’ESSEC, que j’ai découvert le Campus et que j’ai eu l’intime conviction que je m’y plairai (conviction confirmée !).

Pourquoi j’ai rejoint le Campus ? 

Pour le projet principal : s’atteler à transformer les enseignements et pédagogies au sein des établissements du supérieur qui sont encore trop déconnectés des réalités écologiques et sociales actuelles quand ils ont un impact et une responsabilité énormes pour amorcer les changements nécessaires.

Pour la vision des choses : une vision de l’écologie radicale, qui s’attaque à la racine des problèmes de notre civilisation qui ne se contente ni des petits-gestes ni des mirages techno-solutionnistes, et holistique, qui articule enjeux environnementaux, sociaux, et questionne notre organisation politique dans son ensemble.

Pour l’expérience de vie : expérimenter la vie en collectif et en toute sobriété !

Quel est mon rôle ? 

Je participe à la coordination du projet FORTES (Former à la Transition Ecologique et Sociale de l’Enseignement Supérieur) et du collectif d’enseignant·es-chercheur·es qui en est à l’origine. Plus spécifiquement, il s’agit de concrétiser la publication d’une série de Petits manuels de la Grande Transition, faisant suite à la parution du Manuel de la Grande Transition l’année dernière et d’accompagner la transformation opérationnelle des établissements d’enseignement supérieur sur les enjeux de transition.

Mon mantra / Ma devise dans la vie 

Difficile comme question… j’aime beaucoup cet adage « This too shall pass », qui me rappelle de profiter des bons moments et de garder espoirs dans les périodes plus difficiles.

La transition écologique et sociale, en une phrase ? 

Changer notre mode d’être au monde et avec autrui (quel qu’il soit) en replaçant au centre de nos relations les qualités d’attention et de soin envers le Vivant, auquel nous appartenons.

Retour en haut