Portrait du mois : Clément Louvard


Après avoir claqué la porte d’une carrière en marketing à La Défense, Clément Louvard a arpenté le monde pendant plus de huit ans. C’est riche de cette expérience qu’il s’est posé à Forges pour s’y ancrer durablement. Un lieu qui « l’inspire » et où il « trouve du sens » à son existence. Arrivé en mars 2020 comme volontaire au Campus avant de s’engager comme Forjoie, Clément s’occupe de coordonner les activités de soin du domaine pour le bien-être de tou.te.s !

Voici son portrait sous la forme du questionnaire de Proust. 

Le principal trait de mon caractère ?

Je ne savais pas. J’ai demandé. On m’a dit « patient ».

La qualité que je préfère chez les autres ?

Dans la vie, il faut soit être drôle, soit être intéressant… si on n’a pas, bien sûr, la chance d’être les deux à la fois.

Ce que je déteste par-dessus tout ?

Mon malheur.

Mon occupation préférée ?

J’aime me promener dans la nature. Et mon plaisir croît exponentiellement avec l’altitude.

Mon rêve de bonheur ?

Devenir un être d’énergie et de lumière.

Si j’étais une plante, je serais…

Un roseau.

Si j’étais un animal…

Mais je suis déjà un animal !

Mes artistes favoris ?

Hélène la photographe, également cheffe cuisinière du Campus, qui sait si bien me mettre en valeur.

Mes héros dans la fiction ?

Indiana Jones. J’apprécie son goût de l’aventure et j’admire la légèreté avec laquelle il traverse les événements.
Et Paneb l’ardent, un personnage de l’Égypte antique de la saga « La pierre de lumière » qui arrive à vivre sans accepter la moindre concession à ce qu’il estime être juste. Même la plus petite qui lui serait si avantageuse. Ça n’en fait clairement pas une personne « idéale », mais un personnage attachant oui !

La réforme qui me scandalise le plus ?

La loi dite de « Sécurité Globale » que je trouve absolument extraordinaire ! Avec des articles tellement incroyables qu’on dirait de la  science-fiction. D’autres avant nous ont vu les romans de science-fiction devenir réalité, par exemple avec les sous-marins et les fusées de Jules Verne. Nous, nous voyons une version de « 1984 » devenir réalité.

Ma devise ?

La vie est un prétexte. Ce n’est pas une devise qui me guide, c’est une devise qui m’aide.

J’ai connu le Campus en faisant…

Rien. Je ne faisais absolument rien de remarquable lorsque mon ami Rémi m’a appelé pour me parler du Campus.

Ce qui m’a le plus surpris au Campus, c’est…

Que je m’y suis senti si bien. Au retour de huit années de voyage, j’ai vraiment eu de la chance de tomber ici. Je n’imaginais pas trouver en France un lieu où je puisse avoir autant envie de rester.

Ce que m’a surtout apporté le Campus, c’est…

D’avancer. J’y ai appris plein de choses, de ces « petites » choses qui ne servent à rien, mais qui servent à tout.

Le mot qui me vient quand je pense à l’avenir, c’est…

« On verra. »

Ce que j’apprécie le plus chez mes amis ?

Leur existence et leurs preuves d’amour.

Le don de la nature que je voudrais avoir ?

Voler, comme ça je polluerais moins en voyageant.

Mes poètes préférés ?

Kery James. Assurément le poète qui a trouvé les suites de mots qui m’ont le plus touché.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut